Sans fréquence, pas de communications électroniques. Le très haut débit mobile en 4G LTE (Long Term Evolution) atteint le débit théorique de plus de 70 mégabits par secondes permettant ainsi de faire exécuter des services grand public comme la télévision, Internet, les communications entre satellites, la téléphonie, les communications entre les avions et les tours de contrôles, ou même la radio. Ce dernier exemple démontre que la fréquence est le support de diffusion de la plupart des systèmes électroniques. Il suffira de vous couper la fréquence pour que vous n’ayez plus de signal ou de la brouiller. Les communications entre les positions de l’armée,  les postes de Police, les trains, pour les cheminots et bien d’autres sont possibles par l’utilisation des bandes de fréquences allouées. L’Etat est le propriétaire des fréquences et les alloue sous le contrôle d’une autorité de régulation aux opérateurs qui les traitent (découpent) en fonction de leurs activités.

Sur mon téléphone portable, un smartphone, j’ai, écrit sur la notice d’utilisation, les différentes bandes de fréquences sur lesquelles mon terminal peut recevoir ou communiquer dans un réseau GSM. Ces bandes sont :
2G: GSM 850/900/1800/1900MHz
3G: GSM/WCDMA 850/2100MHz.
On convient, au regard de ceci que mon terminal n’est pas 4G parce que la bande de fréquence sur laquelle la 4G doit fonctionner n’est pas présente sur mon smartphone.
Sur un autre terminal, il est mentionné en plus LTE-FDD 800/1800/2100/2600 Mhz; quatres bandes supportées qui sont des bandes de fréquences théoriques des systèmes GSM. On constate que une nouvelle bande s’est ajoutée: la bande des 2600 Mhz qui va en principe de 2500 Mhz à 2690 Mhz en Uplink et Downlink (Full Duplex. Emission-Transmission-Reception). Cette bande est celle que se sert (en principe) la 4G pour « émettre ». Théoriquement, la bande GSM va de 800 à 3 000 Mhz. Mais, dans cette bande les opérateurs GSM ne les utilisent pas totalement. Le GSM et ses évolutions est exécuté sur la bande 800/900 Mhz. idem pour la bande 800/1900. Les satellites utilisent la bande de 1000 Mhz à 1700 Mhz soit 1 à 1.7 Giga Hertz. Les militaires ont leur plage de bandes, la Police, les services spéciaux.

Chaque opérateur de téléphonie arrive à avoir dans ce segment des sous-bandes de fréquences plus larges allant de 10 à 20 Mhz. Plus la sous bande de fréquence est élevée plus les débits sont importants. On appelle communément Large Bande.
La bande des 800 Mhz est quant à elle subdivisée en sous-bandes inférieure ou égale à 10 Mhz. Les fréquences qui sont alloués pour faire de la 4G LTE se situe aux alentours de 2.6Ghz et 0,8 Ghz ou même 1.8 Ghz
Si vous avez un terminal non équipé de cette bande: la 2600 Mhz et que vous souhaitez avoir de la 4G sur votre mobile il est sûr que vous n’aurez pas votre 4G même si le signal émis (débit) par l’opérateur est 4G. Les smartphones intelligents vont vous repositionner sur la fréquence de 3G et si cette dernière n’existe pas sur votre mobile vous passez en 2G. Sinon vous serez obligé de le faire à la main. Pour le moment au Cameroun, la bande des 2 600 Mhz, n’est pas encore attribué à un opérateur selon l’Agence de Régulations des Télécommunications. Cela a été dit lors du Forum de l’Economie Numérique tenu les 09 et 10 Février 2016 à Yaoundé. Par conséquent, un cadre réglementaire n’existe pas encore.

Les débits
Deux notions co-existent: le débit théorique et le débit normal. Le premier est le débit maximal d’une technologie liée à sa norme et le deuxième est le débit proposé par un opérateur en fonction de ses capacités.

La première génération (1G) possédait un fonctionnement analogique avec des appareils relativement volumineux. En rappel, le débit maximal de la voix ne dépassant pas les 12 kpbs inclus dans le débit théorique pour chaque génération.

La deuxième génération (2G) marque le passage de l’analogie vers le numérique avec des standards de téléphonie : GSM, Global System for Mobile communications), le CDMA pouvant diffuser un signal radio sur une grande gamme de fréquences. La méthode télécoms transformée de Fourier y trouve sa plénitude et le TDMA, Time Division Multiple Access avec une technique de division ou de découpage des canaux de communication afin d’augmenter le volume de données.
Grâce aux réseaux 2G, il est possible de transmettre la voix, les textos (SMS) ou MMS avec des débits maximales de 9.6 Kilos bits par seconde. A cette norme, des extensions se sont ajoutées. Le GPRS qui propose un débit de 114 kbps, baptisé 2.5G et la norme Edge qui est dans la rangée des réseaux 2G, baptisé 2.75G. qui multiplie les débits par 4 ou 5 pour donner un débit de 473 kbps ouvrant ainsi la porte aux applications multimédias avec une grande consommation de la bande passante. Sur vos mobiles, vous pourrez voir la mention E+ le signe de la 2.75 G lorsque vous êtes connectés à Internet. Un opérateur Camerounais, je dis un, n’a jamais fait la 3G en tant que tel. Cet opérateur faisait de la 2.75G dont de la 2G évoluée. L’autre montrait clairement sur le smartphone le signe H+ qui est effectivement la 3G évoluée. Sauf que celui-ci aussi jonglait entre 2G et 3G certainement en fonction de la station de base sur laquelle vous êtes rattaché quand vous vous déplacez dans la ville.

La troisième génération (3G) vient donner un coup d’accélérateur au débit et segmente la qualité des débits offerts par la technologie 3G, avec une compatibilité des services 2G. Avec cette troisième génération, on a des débits supérieurs à 144 kbps développant ainsi les services multimédias tels que la télévision par Internet, la visioconférence et autres. Une autre évolution est entrée dans la 3G qui est UMTS avec les débits allant de 384 kbps/s à 2 Mbps/s et évoluant dans les bandes 1800-2025 MHz et 2100-2200 MHz. Une autre évolution est la technologie HSDPA (High-Speed Downlink Packet Access) baptisé 3.5G atteignant des débits de l’ordre de 8 à 10 Mbits/s.  Vous verrez H+ sur votre mobile si vous êtes en mode 3G ou tout simplement 3G.

La 3G a ainsi fixé la compatibilité des services avec le développement des services multimédias gourmand en bande passante. Les débits permettent de transmettre voix et données simultanément jusqu’à 100 méga bits par seconde. La 4G permet le transfert de données avec une meilleure qualité d’émission, de transmission et de réception sur la fréquence qui lui est allouée proposée et définie par l’Union Internationale des Télécommunications en attendant la version stable évoluée de la 4G qui est la 4G+ avec un débit pouvant atteindre les 1 Gbits/s.

Peut-on parler de la disponibilité effective de la LTE au Cameroun?
D’abord, on peut faire de la LTE aussi tant sur la fréquence des 800 ou 900 Mhz que sur les 1800 ou 2 100 Mhz bien que théoriquement on demande d’être sur la bande des 2600 Mhz. En Février 2013, un projet que j’ai suivi avec beaucoup d’attention en France était celui du déploiement de la 4G LTE de l’opérateur Bouygues Télécoms sur la bande des 1800 Mhz réservé à la 3G et qui a été effectif et fonctionnel jusqu’à nos jours. On peut comprendre au Cameroun que les opérateurs aient utilisé la fréquence de la 3G et de la 2G pour faire de la LTE (4G) sur autorisation de l’autorité de régulation ce qui est techniquement possible.

Vodafone en Angleterre, EE une filiale de BT Group, British Telecom ont maillé tous leurs réseaux 4G sur les bandes de 800 et 1800 Mhz. Il se dit la-bas que, EE n’entend pas exploiter la bande de fréquences de la 4G soit les 2600 Mhz pour rester dans la bande des 800 Mhz conçu pour la 2G et qui fait la 4G sans failles à cause de la robustesse du signal de la 2G à passer même au travers des murs et obstacles par le principe de la réflexion et de la réfraction, des axes-lourds lors des voyages en train ou en voitures. On peut remarquer que toute la bande de fréquence des 800 Mhz est consacrée à la 4G LTE uniquement.

Maintenant, reste à savoir si la licence accordée aux opérateurs concessionnaires mentionnent la bande de fréquences et la technologie à déployer simultanément. Mais, par souci de souplesse et d’accompagnement, la technologie que choisit l’opérateur peut être quelconque du moment où elle est normalisée en utilisant les fréquences normales et autorisées pour les transmissions. Avoir un débit 4G, donc proposer la 4G sur la bande de fréquence de la 3G ou de la 2G respectivement sur les 1800 ou 2 100 et 800 ou 900 Mhz est techniquement faisable et c’est ce que les opérateurs proposent pour le moment. Tout comme on peut aussi déployer la 3G sur la fréquence de la 2G; beaucoup d’opérateurs le font. Il restera à chaque consommateur de mesurer le débit normal du débit théorique proposé par l’opérateur afin de savoir si l’opérateur qui  prétend fournir la LTE le fait jusqu’à 150 Mbps.

Gilles TOUNSI

http://www.limko.cm/wp-content/uploads/2017/03/smartphone-réseau-4G-LTE.jpghttp://www.limko.cm/wp-content/uploads/2017/03/smartphone-réseau-4G-LTE-150x150.jpgGilles TounsiInternetOpinions2G 3G 4G 5G,4G,Cameroun,GSM,internet,LTESans fréquence, pas de communications électroniques. Le très haut débit mobile en 4G LTE (Long Term Evolution) atteint le débit théorique de plus de 70 mégabits par secondes permettant ainsi de faire exécuter des services grand public comme la télévision, Internet, les communications entre satellites, la téléphonie, les communications...