Un accord en vue forcerait les entreprises des médias sociaux à divulguer les messages de certains profils.

Tout serait parti de l’assassinat de Lucy McHugh une adolescente de treize ans. La police anglaise chargée de l’enquête a sévèrement critiqué le réseau social Facebook pour le fait que les données de certains profils suspects ne puissent pas être accessible par la police. Une exploitation des messages aurait pu éclairer sur les mobiles du meurtre de l’élève.

Le secrétaire d’État à l’Intérieur au Royaume-Uni, communément appelé Home Secretary est le ministre chargé de la politique intérieure, de l’immigration et de la citoyenneté va signer le mois prochain un accord contraignant les entreprises de médias sociaux américaines à transmettre des informations à la police, aux services de sécurité et aux procureurs.

Priti Patel Home Secretary

Priti Patel ayant trouvé ce dossier sur la table lors de sa prise de fonction le 24 Juillet 2019 avait déjà précédemment averti les entreprises de médias sociaux qu’elles risquaient de légitimer le terrorisme et exhortait celles-ci à assumer davantage de responsabilités. Cet accord d’accès aux données concernant uniquement les personnes suspectées est l’aboutissement de quatre années de lobbying intense entre le Gouvernement du Royaume-Uni et ces entreprises toutes américaines. Il sera un outil essentiel dans la lutte contre le terrorisme et les abus sexuels.

WhatsApp et d’autres plateformes de médias sociaux seront obligés de divulguer les messages cryptés de terroristes, mais aussi pédophiles et autres criminels présumés, en vertu du nouveau traité entre le Royaume-Uni et les États-Unis. Bien-sûr qu’avant toute divulgation de messages par ces compagnies les faits doivent être préalablement établies.

http://www.limko.cm/wp-content/uploads/2019/09/Priti-Patel-HS1.jpghttp://www.limko.cm/wp-content/uploads/2019/09/Priti-Patel-HS1-150x150.jpgGilles TounsiInternetMon ActuFacebook,Instagram,internet,réseaux Sociaux,twitterUn accord en vue forcerait les entreprises des médias sociaux à divulguer les messages de certains profils. Tout serait parti de l’assassinat de Lucy McHugh une adolescente de treize ans. La police anglaise chargée de l'enquête a sévèrement critiqué le réseau social Facebook pour le fait que les données de...