Ces deux concepts ont des explications différentes dans les opérations humanitaires.

Les principes cardinaux de l’action humanitaire y compris l’aide humanitaire se fondent sur:
l’humanité qui implique la sauvegarde des vies humaines et la diminution des souffrances produites lors des catastrophes naturelles ou des conflits armés;
l’indépendance qui voudrait que les travailleurs humanitaires ou les organisations pour lesquelles ils travaillent n’ont pas à mêler aux actions et objectifs humanitaires des visées politiques, économiques, militaires ou autres concernant un territoire ou l’action humanitaire est mise en oeuvre;
l’impartialité, qui suppose que la mise en oeuvre de l’action humanitaire soit dictée UNIQUEMENT par l’ampleur des besoins sans discrimination entre les populations affectées;
la neutralité, qui signifie que l’action humanitaire ne doit avoir de penchant de manière à favoriser une partie dans un conflit armé ou à tout autre différend.

Dans ce contexte, l’action humanitaire englobe la protection des civils et des personnes affectées. Plusieurs personnes se demandent pourquoi dans un conflit armé sur un territoire défini, entre une armé régulière et les séparatistes armés, les travailleurs humanitaires prodiguent des soins médicaux ou de l’aide à ces derniers (séparatistes). C’est simplement parce que l’action humanitaire répond au principe de l’humanité (sauvegarde des vies).

Migrants from Libya receive assistance from IOM
Migrants from Libya receive assistance from IOM – Photo: IOM

Ces travailleurs humanitaires font face à deux concepts celui de la sécurité et celui de la sûreté. Le premier, la sécurité fait référence aux menaces extérieures intentionnels et parfois prémédités. Ces menaces sont constituées d’intimidations, d’agressions, d’enlèvements etc.. L’exemple le plus récent à la date de ce post concerne les humanitaires français tués au Niger. Quatre hommes et quatre femmes de l’ONG ACTED âgés de 25 à 50 ans dont six français, un chauffeur local employé par l’ONG et un guide nigérien ont été prises pour cible vers 11h30 dans la zone de Kouré, à 60 km au sud-est de Niamey rapporte le journal le parisien. Le second concept, celui de la sûreté se rapporte aux risques accidentels que les travailleurs humanitaires sont confrontés dans leurs missions: il s’agit des accidents de la route, des évènements climatiques (tsunamis, éruptions volcaniques, inondations etc.) et des pandémies. ces risques accidentels couplés aux facteurs de sûreté rendent difficiles le travail des humanitaires. Selon un communiqué de presse des Nations-unies daté du 14 Septembre 2020, au Soudan du Sud, un décompte de près de 6,5 millions de personnes sont confrontées à une grave insécurité alimentaire, la pandémie de COVID-19 a poussé 1,6 million de personnes vulnérables de plus au bord du gouffre et 7,5 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire cette année. « Une situation proche du niveau de 2017. »

http://www.limko.cm/wp-content/uploads/2020/10/MigrantsFromLybia.jpghttp://www.limko.cm/wp-content/uploads/2020/10/MigrantsFromLybia-150x150.jpgGilles TounsiMon Actuaction humanitaire,aide humanitaire,humanitaireCes deux concepts ont des explications différentes dans les opérations humanitaires. Les principes cardinaux de l'action humanitaire y compris l'aide humanitaire se fondent sur: - l'humanité qui implique la sauvegarde des vies humaines et la diminution des souffrances produites lors des catastrophes naturelles ou des conflits armés;- l'indépendance qui voudrait...