D’autres sources d’acquisition de données sont plutot orientés vers internet.

Dans le post antérieur, nous avons évoqué l’acquisition des données par des images satellites si vous avez un sujet sur l’état de la végétation qui implique un suivi ou une autre problématique. Selon wikipedia, « La végétation est l’ensemble des plantes qui poussent en un lieu donné selon leur nature. De la notion de végétation découlent les notions connexes de tapis végétal, de paysage végétal, de type de végétation et de formation végétale. On distingue la végétation naturelle composée de plantes sauvages dites spontanées de la végétation artificialisée composée de plantes cultivées. On considère ce qui pousse sur une surface donnée de sol, ou dans un milieu aquatique. On parle aussi de « couverture végétale » ou de « paysage végétal» ». Il est donc important de faire appel aux technologies spatiales pour suivre l’évolution de la végétation. La télédétection est le moyen le plus efficace pour suivre la végétation dans son évolution, son suivi et sa globalité (Ngoufo R., 2018) ayant constaté que la végétation a un rôle important dans l’équilibre de l’écosystème. La végétation inclut forcément les forêts.

Des programmes de surveillance de la végétation ont été mis en place à cet effet. Il y a:

Le programme de télédétection SPOT
Ce programme est le fruit d’un partenariat entre divers acteurs spatiaux européens: la France, la Belgique et la Suède. Le système SPOT se compose des instruments d’observation en orbite ainsi que des infrastructures associées au sol. Il fournit des images optiques à haute résolution. Les instruments embarqués sur les satellites SPOT, SPOT 5, SPOT 6 et SPOT 7 sont des capteurs spécialement conçus pour étudier, au niveau global, l’état de la végétation ainsi que son évolution spatiale et temporelle.
Les capteurs suivants y sont embarqués:

  • HRV (3 bandes multi spectrales – 1 bande panchromatique – pas de bande bleue
  • HRVIR Haute Résolution Visible et InfraRouge (4 bandes multi spectrales – 1 bande panchromatique – pas de bande bleue
  • VEGETATION (4 bandes multi spectrales, bande bleue incluse – pas de bande panchromatique)
  • HRG (Haute Résolution Géométrique) 4 bandes multi spectrales – pas de bande bleue -1 bande panchromatique
  • NAOMI (New AstroSat Optical Modular Instrument) 4 bandes multi spectrales dont la bande bleue – 1 bande panchromatique
  • HRS (Haute résolution stéréoscopique) 1 bande panchromatique
    Chaque satellite SPOT est équipé de deux instruments identiques qui peuvent fonctionner indépendamment ou simultanément en mode panchromatique ou multi spectral.

Le programme Earth Observing System (EOS)
C’est un programme de la NASA « qui regroupe un ensemble de satellites chargés de collecter des données sur de longues périodes sur la surface de la terre, la biosphère, l’atmosphère terrestre et les océans de la Terre. Ces satellites de télédétection spécialisés sont en orbite basse ou héliosynchrone.» (Wikipedia).
Le premier satellite de ce programme a été lancé en 1997 avec le Satellite Terra et son capteur MODIS. Ce vaste programme dont l’objectif est de comprendre le fonctionnement du système terrestre et sa réaction aux modifications d’origine naturelle ou humaine fait observer des phénomènes à plusieurs niveaux. Ce sont :

  • Les incendies
  • La fonte des glaces
  • Les émissions de CO2
  • L’évolution de la végétation
  • La qualité de l’air
  • La température globale de la surface de la terre
  • La surveillance de la couche d’ozone
  • Le suivi des océans
  • Les propriétés de l’atmosphère (nuages, cirrus, ozone, particules)
  • La mesure du taux de la fonction chlorophyllienne
  • Les types de sols
  • Cycle de l’eau à la surface de la terre et dans l’atmosphère

Maintenant, si vous pouvez penser aux technologies internet qui vous permettent de générer des données ou des informations spatiales. Une question peut vous venir à l’esprit: Comment générer mes données sur le bâti ou les routes d’une commune? Allez-vous vectoriser les routes d’une image venant de Google Maps? Allez-vous vectoriser les zones d’une image de Google Earth pour générer des courbes de niveau? Bien sur que la vectorisation automatique peut se faire en un clic avec QGIS. Avec OSM (Open Street Maps) ou Google Maps, vous pouvez avoir le réseaux routier ou hydrographique d’un pays entier. Vous pouvez genérer un SRTM -Shuttle Radar Topography Mission- ou un MNT (Modèle Numérique de Terrain) avec google Earth et puis faire ressortir des courbes de niveaux. Tout peut se faire sans forcément aller demander les données que vous n’aurez jamais à un tiers.

http://www.limko.cm/wp-content/uploads/2019/12/EOS-Platform-1024x469.jpghttp://www.limko.cm/wp-content/uploads/2019/12/EOS-Platform-150x150.jpgGilles TounsiSIG Géomatiquecapteur,EOS,Geomatique,Google Earth,Google Maps,HRV,MNT,MODIS,Spot,SRTM,TeledétectionD'autres sources d'acquisition de données sont plutot orientés vers internet. Dans le post antérieur, nous avons évoqué l'acquisition des données par des images satellites si vous avez un sujet sur l'état de la végétation qui implique un suivi ou une autre problématique. Selon wikipedia, 'La végétation est l'ensemble des plantes...