Le téléphone portable un outil important pour accéder à un éventail de services électroniques

Le téléphone mobile est la technologie de l’information et de la communication (TIC) la plus répandue. En se généralisant, il ne suscite guère plus d’étonnement [1]. Tout se passe comme si, désormais, il était pris-pour-acquis [2]. L’acquisition de l’équipement au sein de la population camerounaise est montée en flèche surtout avec les coûts d’achats des terminaux portables qui ont baissés sur le marché. Ces téléphones portables viennent de l’Asie [3] pour la plupart et sont à des prix accessibles avec pour conséquence l’augmentation du nombre d’abonnés. Les conditions d’achat d’un téléphone portable dépendent des spécifications techniques qu’il soit un smartphone ou non. Ces spécifications sont : la taille de l’écran, la durée de vie de la batterie, l’ancienneté des terminaux, la mémoire disponible ou encore la couverture réseau. On dénombre environ 19 millions d’abonnés mobiles répartis entre quatre opérateurs: Orange Cameroun, MTN Cameroon, Nexttel et Camtel [4], ce qui représente 76% de la population totale du Cameroun. La puce -carte SIM- étant le moteur de connectivité à un opérateur, l’usage d’un téléphone portable ne se limite pas seulement à recevoir ou à émettre des appels ou des messages SMS, et à surfer sur internet. Il faut voir un peu plus loin que cela. Avec ce terminal à portée de main qui ne nous quitte plus [5] nous « partageons bien une chose commune, cette connexion à un dispositif, qui nous rassemble, mais séparément » (Boullier, 2011 : 44) [6]. Le taux de pénétration à la téléphonie mobile se situe autour de 80% en 2015. Cependant, si l’on prend en compte le fait que cet indicateur se réfère davantage au nombre de puces vendues, et en estimant que 30% du parc détient plus d’une puce, le taux réel de pénétration se situerait autour de 50% [7].

La téléphonie mobile enrichie l’utilisation du téléphone portable en ajoutant une couche de services interactifs. Cette couche constitue les services à valeurs ajoutées à la téléphonie mobile assurée par des entreprises spécialisées dans la gestion de la relation client [8]. Ces entreprises entretiennent des relations contractuelles et de connectivités infrastructurelles avec les opérateurs GSM. Les Services à Valeurs Ajoutées de la téléphonie mobile sont constitués de Transfert d’argent, de paiement de factures, de jeux-quiz et tombolas- , de Service Après-Vente (SAV) via les centres de Contacts et d’autres services qui peuvent faciliter la vie des usagers d’une part et augmenter le chiffre d’affaire des entreprises qui sollicitent une gestion de leur clientèle par des entreprises spécialisées.

Queue de paiement de facture à la caisse

L’un des services à valeurs ajoutées est le paiement des factures via un téléphone mobile. Les factures d’énergie -Eau et Électricité- se règlent à travers un téléphone mobile. L’idée est d’améliorer la qualité de vie des abonnés, consommateurs des services GSM et TIC, éviter les gestes et les déplacements inutiles, gagner du temps en réduisant sa mobilité d’un point à un autre pour payer sa quittance d’électricité ou d’eau, éviter de perdre du temps dans les longues files d’attentes qui ne vous met pas à l’abri de la contamination au Coronavirus. La technologie « évite des déplacements coûteux, libère du temps pour travailler et réduit les risques de délits ou d’accidents de la route » (Best et al, 2010). Si vous pouvez utiliser votre téléphone portable comme un réveille-matin, voir la date du jour en consultant le calendrier, pourquoi ne pas penser qu’il soit possible d’en faire de votre téléphone un moyen de paiement d’une facture? Certes des résistances s’observent toujours dans les usages d’un téléphone portable associés à une transaction financière.

Deux opérateurs GSM permettent d’avoir accès à ces services de paiements mobiles. A partir du service de transfert d’argent, ils ont greffé des sous-services de paiements des factures ENEO [9], Camwater [10], Impôts, Sécurité Sociale, Frais d’écolage et d’examens, taxe foncière etc à leurs services principaux de transfert d’argent. Tous ces services diversifient l’usage d’un téléphone portable, outil qui nous accompagne dans tous les instants au quotidien avec un caractère social et personnel en même temps. Pour le cas d’un smartphone, les usages et les manières de s’en approprier varient d’un individu à un autre. Certains organisent l’activité du smartphone autour du divertissement, d’autres donnent un caractère professionnel à l’outil. Cependant, une transaction via un téléphone portable ne nécessite pas forcement qu’il soit un smartphone (Android ou iOs). Juste une carte SIM avec l’accès au réseau de l’opérateur suffit pour souscrire à un service de paiement mobile, un moyen de paiement électronique.

À ce jour (données 2019), il y a près de 6,8 millions d’abonnés au service d’argent mobile et environ 1,5 millions d’utilisateurs actifs. En fin juin 2016, MTN Mobile Money enregistrait 2,4 millions d’abonnés, au nombre desquels 220 000 utilisateurs actifs. En décembre 2015, Orange Money, de son côté, enregistrait 2,2 millions d’abonnés avec 200 000 utilisateurs actifs et Express Union Mobile, 500 000 abonnés, parmi lesquels 300 000 comptes actifs [11]. L’action nécessite de mettre en place les conditions favorables pour susciter la confiance [12]. Les pouvoirs publics ont mis en place un cadre sécuritaire et législatif pour le développement de la confiance numérique au Cameroun et assurer la cohérence dans le processus de sécurisation des réseaux de communications électroniques et des systèmes d’information [13] avec la création d’une Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC)[14]

Paiement Electronique

La présence d’un téléphone portable se fait de façon continue jour après jour. L’outil fait partie de nos rythmes de vies -proche de nous du lever au coucher et parfois pendant la nuit-. Le téléphone portable transforme nos vies et donne un « rythme numérique » à nos vies en modifiant nos comportements. L’important est de l’adopter en « refusant de s’interdire » ses usages parce que nous n’utilisons même pas 10 pour cent des capacités d’un téléphone portable. Notre téléphone mobile embarque un ensemble de services. Ces services embarqués sont avec nous entre nos mains, dans nos poches et dans nos déplacements. Même en se déplaçant, on peut payer sa facture ou avoir accès à un service. L’augmentation du nombre d’abonnés au service de paiement mobile est entre autres un indice de confiance qu’ils accordent à ces services.

Notes et références

[1] Alan Ouakrat, « Du rythme d’usage du smartphone aux rythmes de vie : les normes temporelles informelles des pratiques d’une population étudiante », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 02 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9851 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.9851

Best, Michael L., Thomas N. Smyth, John Etherton, and Edem Wornyo. (2010) “Uses of Mobile Phones in Post-Conflict Liberia.” Information Technologies and International Development 6 (2): 91–108.

[2] Ling R., 2012, Taken for grantedness. The embedding of mobile communication into society, Cambridge, MIT Press.

[3] TRANSSION, compagnie chinoise basée à Shenzhen est un fabricant chinois de téléphones portables « low cost ». Elle revendique la vente de 6 téléphones sur 10 en Afrique autour de ses marques itel, Tecno et infinix. http://www.transsion.com (Site en version anglaise en haut à droite pour le choix de la langue)

[4] WeAreSocial, 2019, https://wearesocial.com/ Le nombre d’abonnés en zone rurale n’est pas connu. On estime tout de même avoir la majorité dans le nombre d’abonnés

[5] id. 1

[6] Boullier D., 2011, « “Habitèle” virtuelle », Urbanisme, 376, pp. 42-44

[7] Ministère des Postes et Télécommunications, 2016, Plan stratégique Cameroun numérique 2020, Minpostel, 72p. Consultez le document

[8] Un exemple d’une entreprise spécialisée dans la Gestion de la Relation Client lien lmtgroup.com

[9] Energy of Cameroon – ENEO CAMEROON est l’opérateur historique du secteur de l’électricité au Cameroun, Eneo (anciennement AES-SONEL) est une société d’économie mixte au capital détenu à 56% par le groupe Actis et à 44% par l’Etat du Cameroun

[10] La Cameroon Water Utilities Corporation, CAMWATER est une société chargé du service public de l’eau potable et de l’assainissement au Cameroun

[11] The Commonwealth Secretariat, 2019, Stratégie Nationale de Commerce Électronique pour le Cameroun, 141p. Consultez le document

[12] Id. 7

[13] Agence de Régulation des Télécommunications ART, 2018, Recueil des textes du secteur des communications électroniques, E2C Sarl, 484p. http://www.art.cm

[14] L’ANTIC est chargée d’assurer la protection et la sécurité des ressources de l’information du gouvernement camerounais, de sécuriser l’internet et de promouvoir une culture de la sécurisation de l’information et des données dans la société en général. (ART) http://www.antic.cm

https://www.limko.cm/wp-content/uploads/2021/01/LeBlog-Paiment-Mobile.jpghttps://www.limko.cm/wp-content/uploads/2021/01/LeBlog-Paiment-Mobile-150x150.jpgGilles TounsiMon Actublog,E-commerce,GSMLe téléphone portable un outil important pour accéder à un éventail de services électroniques Le téléphone mobile est la technologie de l’information et de la communication (TIC) la plus répandue. En se généralisant, il ne suscite guère plus d’étonnement . Tout se passe comme si, désormais, il était pris-pour-acquis ....