Des éditeurs d’applications ont construit des robots qui ont besoin de vos données personnelles.

En Roumanie, plus de quarante cinq mille personnes ont fait confiance a une application. Ces personnes ont accepté de lui donner quelques données privées: il s’agit de leurs temps de sommeil par exemple, leurs style d’écriture, leurs intonations quand ils ont des coups de colère, leur trajet de jogging. Ces moments de vie digitalisés permettent de laisser des traces de vie à leurs proches qui aideront à réaliser un testament numérique. La particularité de cette application est de créer un chatbot en gardant notre personnalité mais surtout en se connectant à nos données personnelles. « C’est une expérience unique dans l’histoire de l’univers parce qu’on ne vous juge pas » dit un entrepreneur.

Une autre application nous permet de nous retrouver virtuellement pour pouvoir faire notre deuil et nous accompagner réellement dans cette démarche. Dans ce cas, on va recréer la communauté des personnes qui regrettent le défunt. On va pouvoir laisser des fleurs, laisser des poèmes et partager des photos. On doit arriver à se retrouver ensemble pour vivre ce moment difficile. Il y a un projet en France où une Start-Up va équiper les tombes d’écrans numériques.

En Russie, une application va plutôt détourner certains chatbots et certains robots compagnons pour pouvoir faire continuer à faire vivre l’être aimé après sa disparition. Vous pouvez grace à ce robot confier la personnalité des êtres qui vous sont chers. L’objectif étant de vous parler plus tard comme si c’était l’être disparu en face de vous. Le créateur de ce robot explique qu’on pourra recréer des personnalités comme Michael Jordan ou William Shakespeare entrain de lire ses propres textes dans un musée.

Tech 24

Deuil digital : y a-t-il une vie numérique après la mort ?

http://www.limko.cm/wp-content/uploads/2020/03/Deuil-numerique-1024x576.jpghttp://www.limko.cm/wp-content/uploads/2020/03/Deuil-numerique-150x150.jpgGilles TounsiInternetchatbot,Facebook,réseaux SociauxDes éditeurs d'applications ont construit des robots qui ont besoin de vos données personnelles. En Roumanie, plus de quarante cinq mille personnes ont fait confiance a une application. Ces personnes ont accepté de lui donner quelques données privées: il s'agit de leurs temps de sommeil par exemple, leurs style d'écriture,...