21 février 2024
SIG Géomatique

Les types de données de l’information géographique : le raster et le vecteur

La différence entre les deux types de représentation en géographie.

Le Raster
Le Raster est un fichier électronique de type image composé de pixel. On parle de cartographie matricielle car l’image produite d’un éditeur cartographique comme QGIS est formé de pixel sous forme de matrices de cellules. Ces matrices de cellules sont organisées on colonnes et en lignes formant des cellules dans lesquelles chacune d’elles contient une valeur représentant une information. Le fichier image peut avoir l’extension jpg, png, gif, geotiff etc. Plus d’une quinzaine d’extensions existent pour les raster avec la librairie GDAL
Typiquement, les rasters sont des photographies aériennes numériques, des images satellite, des images numériques ou encore des cartes numériques exportées depuis votre logiciel SIG tel que ARCGIS OU QGIS.
Fondamentalement, il n’est pas possible d’interagir sur un raster ou manipuler une information contenu sur un raster. Si vous faites un zoom, l’image devient flou à un certain pourcentage de zoom. Sauf sur certains cas, les éléments d’une carte interactive tel que le Zoom sont difficilement implémentables sur un raster.
On peut avoir les raster images sous forme de fond de cartes, sous forme de carte de surface (carte de température), sou forme de carte thématique (carte d’occupation des sols en télédétection), sous forme de photographie aérienne pour illustrer par exemple une carte vectorielle (image pris à l’aide d’un appareil photo)

Le Vecteur
Il est aussi connu sous le nom de cartographie vectorielle ou fichier de forme. Le fichier a une forme vectorielle géré par une base de donnée appelée communément dans les logiciels SIG comme QGIS, la table attributaire. Cette table attributaire est composé de points, de lignes et de polygones. Ces trois éléments sont les formes de représentation de l’information géographique. Le format de fichier de forme présente la géométrie et les attributs des formes points, lignes et polygones. A la différence d’un raster qui produit une seule extension, le fichier de forme est réparti sous plusieurs extensions. Généralement, ces extensions sont: .shp, .shx, .qpj, .dbf, .cpg etc.

Figure : ESRI

L’interactivité est le fondement de la cartographie vectorielle avec des fichiers de formes. Elle permet de faire apparaitre des éléments pour interagir sur la carte par exemple sélectionner une partie de la carte ou la sélection des uniquement des maisons ou des lacs par exemple soit à partir des outils ou à en manipulant les informations contenues dans la table attributaire même au travers d’une requête SQL: le langage de manipulation de données pour les bases de données. Quelques outils interactifs d’une carte vectorielle sont: L’outil Zoom, L’orientation, la légende, les images. Google Earth ou Google Maps est un exemple de cartographie vectorielle.

(c) ESRI

Un fichier de forme (vecteur) ou communément appelé shapefile interagit avec une table attributaire. La table attributaire n’existe pas chez le raster.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Certifications

You cannot copy content of this page / Veuillez saisir ce que vous souhaitez copier.

error: Content is protected !!